Présentation : l'adoption internationale, «dans l'intérêt supérieur de l'enfant?»

Publié le par Kim Gun

Il s'agit d'une présentation publique que j'ai faite en 2015. Je l'ai retravaillée sous forme d'article.

Présentation : l'adoption internationale, «dans l'intérêt supérieur de l'enfant?»

Je souhaiterai interpeller sur le « bien fondé » de l'adoption internationale en tentant d'expliquer en quoi l'adoption internationale constitue un système avec des intérêts en jeu et qui se sert aussi de représentations positives pour continuer.
L'expression « dans l'intérêt supérieur de l'enfant » est tirée de la convention de la Haye de 1993 qui est le dernier texte en vigueur qui permet de réguler l'adoption internationale. Cette convention sert à « garantir que les adoptions internationales aient lieu dans l'intérêt supérieur de l'enfant et le respect de ses droits fondamentaux ainsi que pour prévenir l'enlèvement, la vente ou la traite d'enfants ». L'adoption internationale devant se faire « en dernier recours » selon le texte, c'est-à-dire après avoir épuisé tous les autres recours de protection de l'enfant, notamment l'adoption au sein de son pays d'origine.
La convention de La Haye est le texte juridique en vigueur actuellement qui régule l'adoption internationale (même si tous les pays ne l'ont pas encore signé) et qui finalement définit l'adoption internationale comme devant se réaliser au bénéfice de l'enfant. L'idée de dernier recours est importante sachant que l'adoption internationale amène l'enfant adopté à être déraciné de sa culture d'origine et séparé définitivement de sa famille.
Mais est-ce vraiment l'intérêt de l'enfant qui prime ? Selon quelle(s) perspective(s)? Cherche-t-on vraiment à donner une famille à un enfant ou plutôt donner un enfant à une famille ?


I/ Sortir d'une vision morale pour aller vers une approche plus critique et générale.

Pendant longtemps j'ai eu moi-même une vision de l'adoption internationale comme un acte humanitaire : on va sauver un enfant de sa vie misérable. Et le plus souvent un enfant considéré comme orphelin. Or, la plupart du temps les enfants ont encore une famille même élargie. D'après les données fournies par l'ONG Lumos, 80% des enfants placés en institution à travers le monde ne sont pas réellement orphelin.es.
On peut alors se demander pourquoi ces enfants ne pourraient pas être élevés dans leur pays d'origine, d'autant plus si l'on prend aux mots la notion de « 
dernier recours » défendue par la convention de la Haye. Mais les faits sont parlants : dans la plupart des cas l'adoption internationale se réalise dans l'intérêt des familles adoptives et non dans l'intérêt des adopté.es.
Dans beaucoup de pays le schéma est le suivant : à l'origine apparu comme une solution
temporaire pour répondre à une crise humanitaire grave, le recours à l'adoption internationale se transforme peu à peu comme une réponse à la demande souvent forte de familles occidentales souhaitant adopter. Dans un rapport déséquilibré entre une offre n'étant pas à la hauteur de la demande, les pays sources se voient alors dans l'obligation de continuer de fournir des enfants à adopter, et ce même quand il n'y en a plus de disponibles. Cela va jusqu'à fabriquer des orphelin.es dits de papier.
En Corée du Sud, j'ai eu l'occasion de discuter avec d'autres adopté.es qui s'étaient rendus compte que leur papiers dans leur dossier adoption avaient été falsifiés par l'agence d'adoption (ex: âge, nom, informations sur les parents biologiques..).

En créant des orphelin.es, l''adoption n'apparaît plus alors comme la solution mais plutôt comme la cause des abandons.

Mais cette vision de l'adoption n'apparaît ni dans les médias, ni dans la littérature ou encore le cinéma. Au contraire, c'est clairement le point de vue des parents adoptants qui est valorisé. La galère de leur démarche longue et laborieuse, le « parcours du combattant » pour adopter. Et finalement l'enfant arrive comme le cadeau tant attendu. L'enfant est là pour assouvir un besoin de famille.

Historiquement c'est à partir des années 60 que l'adoption internationale devient un véritable phénomène de société dans les pays occidentaux, notamment avec les grands mouvements sociaux qui ont eu lieu (comme mai 68). Une nouvelle image de l'adoption internationale est née : celle d'un acte non seulement humanitaire mais aussi d'un acte progressiste et anti-raciste. C'est à cette époque que l'adoption internationale a explosé avec son lot de représentations positives (famille arc en ciel, etc). En terme de chiffres depuis les années 1950, on estime entre 300 000 et 500 000 le nombre d’enfants ayant fait l’objet d’une adoption internationale dans le monde. Pour la France, le nombre d’adoptions est d’environ 100 000, ce qui la place au deuxième rang des pays adoptants derrière les États-Unis.


L'image largement positive et non questionnée de l'adoption internationale, parfois doublée d'une approche morale et humanitaire, s'avère problématique lorsqu'elle empêche les adopté.es de penser l'adoption de manière critique. Déraciné.es de leur communauté d'origine, les adopté.es se retrouvent souvent seul.es à gérer leurs problématiques et donc dans l'incapacité d'exprimer une parole dissonante par rapport à leur entourage. C'est aussi une des raisons pour lesquelles la parole des adopté.es est encore invisibilisée ou méconnue.
C 'est un point commun aussi chez de nombreux.euses adopté.es je pense (en tout cas chez tous ceux.celles que j'ai eu la chance de rencontrer) que de se sentir redevables ou reconnaissant.es envers sa famille adoptive même quand cette dernière ne le fait pas peser explicitement. Parce qu'il y a dans toute adoption internationale ce sous-entendu, celui de sauver un enfant en lui donnant une vie meilleure en Occident.

Il faudrait arrêter de penser l'adoption internationale en ces termes : « c'est bien ou c'est mal d'adopter », ou encore « oui mais il y a des adoptions qui se passent bien » (oui mais d'autres se passent mal aussi). Cette approche moralisante empêche d'avoir une vision plus globale de l'adoption internationale en tant que système.
De plus, mettre l'accent sur les adoptions réussies ou encore les adopté.es célèbres (sous-entendu qui ont réussi), c'est comme jeter un écran de fumée pour cacher les réelles problématiques vécues par les adopté.es et empêcher toute démarche critique. Dire : « ah mais je connais plus d'adoptions réussies ». Ou encore « regarde comme Fleur Pellerin (ex-ministre de la culture) a bien réussi... ». Ce genre de remarques coupent court en général à toute discussion et même à une réflexion critique comme si l'adoption réussie était à la fois systématique et indiscutable.
Avoir une vision critique et politique, c'est avoir une vision générale et globale pour essayer de mieux comprendre ce système, pourquoi il existe, comment il se maintient, quels intérêts il sert. Sachant que la notion de système implique non seulement des intérêts qui peuvent s'opposer mais également des inégalités sur lesquelles repose son fonctionnement.

Dans cette perspective, nous nous proposons d'abord de passer en revue les intérêts des différents acteur.rices de ce système qu'est l'adoption internationale. Puis nous reviendrons sur le cas de la Corée du Sud pour montrer en quoi ce pays fut le laboratoire du système de l'adoption international tel qu'on le connaît aujourd'hui. Et finalement nous verrons en quoi ce système porte en lui des dérives.



II) Système qui met en jeu des intérêts de différents acteur.rices.

Qui sont ces principaux acteur.rices ?
-
les parents adoptifs
- les agences d'adoption
- les pays sources (essentiellement des pays du Sud global c'est-à-dire des pays en voie de développement et pour la France en particulier beaucoup de pays qui sont des anciennes colonies comme Haïti, le Vietnam, Madagascar, etc.)
- les pays récepteurs à savoir les pays du Nord ou occidentaux.
Parler de pays sources du Sud global et de pays récepteurs du Nord laisse apercevoir le flux à sens unique de l'adoption et les relations asymétriques voire néocoloniales existant entre le Nord et le Sud.
- les parents biologiques
- les adopté.es

Quels sont les intérêts des parents adoptifs ?
Fonder une famille ou agrandir une famille avec la volonté aussi parfois de faire un acte humanitaire considéré aussi comme anti-raciste.
L'adoption à l'étranger est plus rapide, moins regardante et fastidieuse que l'adoption nationale. Mais ceci n'est pas sans conséquence : vouloir une adoption plus rapide c'est souvent se tourner vers des pays non signataires de la convention de la Haye, voire se déplacer directement dans un pays source pour accélérer le processus de sélection et s'affranchir des contrôles minimums quitte à donner beaucoup d'argent à des entremetteurs peu fiables. Quand on regarde les statistiques des adoptions en France en 2014  (site du ministère des affaires étrangères): sur les 10 premiers pays sources, 7 n'ont pas signé la convention et sur les 20 premiers, 16 sont non-signataires. On peut remarquer que les parents adoptifs français se tournent donc majoritairement vers des pays non signataires et donc moins contrôlés où il est sûrement plus rapide et plus facile d'obtenir un enfant, et ce conformément à « leurs » intérêts de futurs parents.

Quels sont les intérêts des pays sources ?
A l'origine, ça peut être des impératifs humanitaires suite à une guerre ou une catastrophe naturelle. Sur le long terme les intérêts évoluent et permettent de maintenir des relations diplomatiques en continuant de répondre à la demande des pays récepteurs. Par exemple, les pays récepteurs des adoptions provenant de Corée du Sud sont des pays membres de la coalition ayant participé à la guerre de Corée au début des années 50. L'adoption assure donc une pérennité dans les relations diplomatiques et les adopté.es en sont les incarnations.
Les adoptions permettent également de ne pas se soucier de la mise en place d'un système de protection sociale qui éviterait pourtant dans de nombreux cas des abandons d'enfants en permettant aux familles précaires de garder leur enfant avec une aide financière par exemple. Selon une étude menée en 1974 d'une travailleuse sociale canadienne, Sydney Byma, l'adoption internationale serait un frein à l'émergence d'un système de protection sociale. Pourtant, un tel système permettrait également de diminuer les abandons d'enfants porteurs de handicap(s) qui sont sur-représenté.es dans les orphelinats car moins adopté.es que des enfants valides.
Un autre aspect est que l'existence d'une industrie efficace de l'adoption conforte la croyance en une vie meilleure en Occident, ce qui peut inciter les parents biologiques à abandonner leur enfant.

On peut toutefois reconnaître aux pays sources une marge de manœuvre limitée, restreinte comme le prouve la tentative de la part de la Corée du Sud en 1970 de suspendre l'adoption internationale suite aux critiques de la Corée du Nord reprochant de « vendre » les enfants coréens aux pays occidentaux. Suite à ces critiques, en décembre 1970, le ministère de la Santé et des Affaires sociales de la Corée du Sud ordonne que cesse l’adoption d’enfants vers des pays occidentaux. Deux mois plus tard, le même ministère rétropédale et annule cette mesure en raison des pressions exercées telles que des menaces de la part de consuls occidentaux qui promettent « de faire tout leur possible »  pour empêcher que la Corée du Sud cesse d'être un pays pourvoyeur d'enfants. L’impression générale qui se dégage est que l’État sud-coréen n’est pas en mesure d’imposer ses choix politiques en matière d'adoption internationale lorsqu'ils sont en opposition avec ceux des pays occidentaux qui sont pour la plupart des pays récepteurs.

Quels sont les intérêt des pays récepteurs ?
Ils sont différents en fonction des époques et des besoins des pays. L'adoption internationale peut ainsi servir la politique démographique d'un pays. Citons par exemple les enfants réunionnais envoyés de force entre les années 60 et 80 pour repeupler la Creuse ( film sorti en France « à court d'enfants »).
Certains pays récepteurs cultivent une image positive en tant que pays d'accueil, multiculturel comme c'est le cas du Canada qui propose des crédits d'impôts remboursant une partie des frais d'adoption. Le but étant de maintenir et de 'vendre' une bonne image de pays d'intégration et multiculturel. On remarque ainsi l'importance de maintenir le système de l'adoption internationale afin de soutenir l'image que les pays occidentaux ont d'eux-mêmes comme des pays humanistes et bienveillants.

Quels sont les intérêts des parents biologiques ?
Peut-on les considérer vraiment comme des acteur.rices à part entière ? Je prends l'exemple que je connais le mieux, celui de la Corée du Sud avec les mères célibataires non mariées qui économiquement et socialement sont vulnérables. Sujettes aux discriminations (par exemple à l'embauche) et à la pression familiale, car c'est un tabou que d'avoir un enfant sans être mariée, de plus ne percevant qu'une faible aide financière de la part du gouvernement coréen qui préfère donner plus d'argent aux agences d'adoption, elles voient souvent l'abandon comme la seule option. Au regard de toutes les pressions qu'elles subissent, peut-on considérer l'abandon de leur enfant comme un choix ? Je laisse cette question ouverte.
Les mères biologiques et les enfants envoyés à l'adoption ont en commun que, bien souvent, des acteur.rices extérieur.es pensent à leur place ce qui serait le mieux pour eux.elles.
La Corée du Sud n'est pas un cas isolé et dans de nombreux pays sources les parents biologiques subissent des pressions pour abandonner leur enfant. Et même sans pression directe de la part de rabatteurs ou des agences, les représentations jouent aussi un rôle important car la plupart des personnes dans ces pays sources pensent que leur enfant vivra forcément une vie meilleure dans un pays occidental alors idéalisé.

Et finalement il y a les adopté.es qui ne sont pas des acteur.rices. I.els ne choisissent rien car il s'agit d'une migration forcée qui débouche sur un effacement de l'identité première de l'enfant (l'enfant change de langue, de référent affectif et souvent même de prénom en arrivant dans sa nouvelle famille). Cette acculturation est d'ailleurs pensée comme positive par certains pédiatres et « spécialistes » car elle est supposée faciliter l'intégration de l'enfant dans son nouveau pays de résidence. Ce présupposé ne résiste pas aux faits. En effet les adopté.es transraciaux.ales sont toute leur vie confronté.es au racisme structurel des sociétés occidentales, que ce soit au sein de leur famille ou dans leur vie sociale et professionnelle. Et bien qu'il manque encore des études précises à ce sujet, les adopté.es sont davantage exposé.es à des problèmes de santé mentale liés à des questionnements identitaires. Les taux de suicide et d'internement en psychiatrie sont d'ailleurs plus élevés que la moyenne.
De plus, en tant qu'objet de transactions financières donc objet marchand ayant une certaine valeur monétaire, le futur enfant adopté se doit de remplir certains critères qu'on peut nommer critères d'adoptabilité qui visent à satisfaire les souhaits des familles adoptives.
Pour citer quelques-uns de ces critères, l'enfant doit la plupart du temps être jeune, souvent bébé, sans handicap mental ou physique. Un autre critère est celui de l'origine ethnique car certaines familles préfèrent adopter dans certains pays plutôt que d'autres.

De cet exposé des intérêts en jeu ressortent donc 2 groupes d'intérêts  : d'un côté les bénéficiaires avec une nuance tout de même pour les pays sources dont les marges de manœuvre sont plus restreintes que celles des pays récepteurs. En effet la politique des pays sources en matière d'adoption internationale dépend d'une part du lobbying des agences d'adoption pour maintenir leur business, et d'autre part de la demande des pays récepteurs.
Et de l'autre côté ce qu'on appelle les non bénéficiaires ou dominé.es car i.els subissent ce système et sont le plus souvent privé.es de leur consentement. Ce sont les parents biologiques et les adopté.es.


III) La Corée du sud : le laboratoire du système de l'adoption internationale.


Revenons à la Corée du Sud et à son histoire concernant l'adoption internationale. Il est important de signaler que l'adoption internationale moderne a commencé en Corée du Sud au début des années 50. La Corée du Sud a été pendant des années le leader mondial et en quelque sorte le laboratoire du système de l'adoption internationale tel qu'on le connait aujourd'hui.
La Corée du Sud est aussi le pays ayant le plus exporté ses enfants dans le monde et dans l'histoire moderne (environ 200 000 dont 11 000 en France, 2ème pays récepteur après les Etats-Unis).
Dans les années 60-70, l'adoption internationale dans le monde était synonyme d'adoption d'enfants sud-coréens. A noter que la Corée du Sud, bien que considérée comme un pays développé membre de l'OCDE continue encore l'adoption internationale.

A la fin de la guerre de Corée (début des années 50) se trouvent de nombreux orphelin.es de guerre et aussi des enfants métissés issus de relations entre soldats étrangers et femmes coréennes. Ces enfants métissés étaient l'objet de discrimination et rejetés par la société coréenne. D'abord les adoptions se sont faites de manière non régulée et parsemée. Par exemple, un soldat qui se prend d'affection pour un enfant pouvait le ramener aux Etats-Unis avec lui. Ce sont donc surtout des individus occidentaux qui font de l'aide humanitaire définie selon leur propre critère.

A) Holt ou le début de l'industrialisation à grande échelle.
L'adoption commence à prendre un autre tournant avec le couple Holt qui sont de riches fermiers américains évangélistes. En 1955, une loi spéciale du congrès américain autorise les Holt à adopter huit orphelins coréens. Ils ouvrent ensuite la première agence d'adoption qui porte leur nom et qui est aujourd'hui en Corée du Sud et dans le monde l'une des principales agences d'adoption.
Holt pensait œuvrer à une mission divine. Et le couple avait aussi une vision suprémaciste de la civilisation occidentale. Voilà ce qu'on pouvait lire dans le livret informatif des Holt à l'intention des futurs parents adoptifs :

We would ask all of you who are Christians to pray to God that He will give us the wisdom and the strength and the power to deliver his little children from the cold and misery and darkness of Korea into the warmth and love of your homes.” 

[Traduction : "Nous demandons à tous ceux qui sont chrétiens de prier pour que Dieu nous donne la sagesse, la force et le pouvoir de délivrer ces petits enfants contre le froid et la misère et l'obscurité de la Corée dans la chaleur et l'amour de vos maisons."]
Ils percevaient l'enfance américaine comme supérieure à l'enfance coréenne.


Cette vision judéo-chrétienne ainsi que cette image de la supériorité de la civilisation occidentale ont fortement influencé et structuré l'adoption internationale.
On retrouve d'ailleurs cette même idéologie dans les adoptions transraciales et ethnocides d'enfants indigènes faites dès le 19ème siècle aux Etats-Unis, au Canada, en Australie. Il s'agissait de projets à la fois politique et idéologique dans le but d'affirmer la supériorité d'une civilisation au détriment d'une autre à détruire. Loin de moi l'idée de parler d'ethnocide pour l'adoption internationale mais il y a tout de même des points communs à mettre en évidence à savoir l'assimilation forcée et la rupture avec la communauté d'origine par une acculturation de fait.

De nos jours, les agences d'adoption comme Holt forment de véritables usines à adopter qui prennent tout en charge, tout au long du processus avant et après la naissance. Elles possèdent leur propre centre d'accueil pour femmes enceintes (qui la plupart du temps ne bénéficient d'un hébergement d'urgence qu'à condition d'abandonner leurs droits de mère après l'accouchement), leur propre maternité, orphelinat, familles d'accueil temporaires, et se substituent donc aux services de l'Etat (tout en étant subventionné par lui) en matière de protection de l'enfant et des mères isolées. Un service qui laisse à désirer est celui de la post-adoption pour les adopté.es souhaitant avoir accès aux informations contenues dans leurs dossiers et/ou à retrouver leurs parents biologiques. J'en ai moi-même fait les frais en Corée du Sud : manque d'écoute, de temps, manque de transparence sur les informations dont ils disposent. Ce qui peut laisser penser que Holt a sûrement des choses à cacher quant à la manière dont ses « orphelin.es » sont recruté.es.

 


IV) Un système qui porte en lui les dérives ?

On peut penser que le contrôle d'une instance comme la Convention de la Haye est toujours mieux que rien pour éviter les dérives, les trafics d'enfants, etc. Mais dans les faits cela n'empêche pas certaines dérives liées au système même de l'adoption internationale telles que les manipulations pour forcer les mères à abandonner leur enfant, les falsifications de papier, etc.
Je citerai deux exemples tirés d'un documentaire « Adoption les dessous d'un trafic » de Hubert du Bois.

1) L'exemple de Madagascar.
Si le pays a signé la convention de la Haye et même si les agences sont des OAA (organismes agréés pour l'adoption), les trafics et les enlèvements d'enfants existent toujours. Nombreux sont les parents (souvent pauvres) qui recherchent leurs enfants kidnappés. Il y a souvent falsifications des papiers et de l'identité de l'enfant de la part des agences pour éviter de retrouver l'enfant qui est ainsi envoyé le plus vite possible à l'étranger. De même les employé.es ou les rabatteurs des agences d'adoption manipulent les mères qui, lorsqu'elles sont analphabètes, ne comprennent pas les papiers d'abandon qu'elles signent. Les agences jouent aussi sur la différence d'interprétation de l'acte d'abandon et d'adoption à Madagascar. L'abandon est un don qu'une femme fait à une autre femme qu'elle connaît et qui ne peut pas avoir d'enfant. Mais la mère biologique continue à maintenir un contact avec son enfant. Les mères malgaches ne comprennent donc pas pourquoi, lorsqu'elles abandonnent leurs enfants, celles-ci perdent définitivement le contact avec eux.
Ce trafic d'enfants fait en toute légalité a pour origine la manne financière qui en découle en raison d'une forte demande des parents en attente d'enfant qui n'hésitent pas à aller directement dans les centres d'accueil à Madagascar. On leur demande quel enfant ils souhaitent (âge , sexe, etc) et on leur dit de revenir plus tard quand l'enfant sera là, ce qui sous-entend que les agences se chargeront de trouver les enfants en fonction de la demande des parents occidentaux.
Cela laisse penser que même une régulation juridique ne suffit pas et que tant qu'il y aura transaction financière, tant que l'enfant aura une valeur monétaire, ce système portera en lui ces dérives de manière inhérente.

2) L'exemple de la Roumanie.
Cet exemple permet aussi de voir en quoi l'adoption met en jeu des intérêts diplomatiques et de pouvoirs. A la fin du régime de Ceausescu au début des années 90, une vague d'adoption massive et de commercialisation de l'adoption s'est faite avec son lot de scandales (des enfants maltraité.es et tué.es par leurs parents adoptifs). Le gouvernement a alors décidé de mettre fin à l'adoption internationale à partir des années 2000. Avant le vote de la loi en 2004 mettant fin à l'adoption internationale, la Roumanie a subi des pressions extérieures. Des pays d'Europe dont la France ont mis sous condition l'entrée de la Roumanie dans l'OTAN ; la Roumanie devant pour cela reprendre l'adoption internationale. Sous couvert de défense de valeurs humanitaires, on voit clairement que ces pays récepteurs défendent en réalité des intérêts financiers.


Conclusion
Il faut avoir conscience que, contrairement aux représentations dominantes, l'adoption internationale est davantage construite sur un besoin de famille et non pour trouver une famille à un enfant (qui dans les faits a souvent déjà une famille). Elle repose sur un système de pouvoirs inégalitaires entre les différentes parties prenantes du phénomène, ce qui laisse la porte ouverte aux dérives.
Dans les médias et les discours dominants, les adopté.es sont encore des objets parlés. On associe souvent ''adopté.e = enfant'', comme si nous étions toute notre vie voué.es à être protégé.es et silencié.es. La voix des familles adoptantes est très présente notamment pour évoquer leur parcours du 'combattant' pour adopter. L'enfant à adopter est tel un dû qui répond non plus aux besoins de l'enfant mais au désir d'enfant des parents adoptants.
Mais ce qui est à prendre en compte aujourd'hui et qui commence à changer la donne, c'est que les adopté.es devenu.es adultes commencent à s'organiser et à prendre la parole pour témoigner de leurs parcours pour confronter les principes énoncés dans les traités internationaux avec la réalité des faits et ce dans l'espoir de changer l'adoption internationale.

Publié dans Articles, adoption

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article