Adoption internationale : d'un point de vue moral et individuel VS d'un point de vue systémique et décolonial

Publié le par Kim Gun


Adoption internationale d'un point de vue moral et individuel
 

 

Adoption internationale d'un point de vue systémique et décolonial

Adoption pour pallier les abandons

 

Adoption source de séparations

- Acte antiraciste et universaliste
- Considérations morales : ''c'est bien'' d'adopter
- Acte charitable







 

 

- Considérer l'adoption internationale comme un système asymétrique avec des intérêts en jeu et des rapports inégalitaires entre des bénéficiaires actifs (organismes d'adoption, pays récepteurs et familles adoptantes) et des individus qui le subissent (adopté.es et familles biologiques).
- Flux à sens unique depuis des pays sources du Sud global vers des pays récepteurs du Nord.

Mythe du « sauveur blanc »

 

 

Phénomène historiquement lié à la colonisation notamment dans les colonies de peuplement (Etats-Unis, Canada, Australie) qui vise à acculturer, assimiler et civiliser les enfants racisés (indigènes et noirs).

« Sauver un orphelin dans le besoin »

 

 

Fabrication d'orphelins administratifs dits « de papier » (falsification d'identité) pour satisfaire une demande forte des familles adoptantes.
Pression sur des femmes et des familles vulnérables.

Geste 'colorblind' (« je ne vois pas la couleur de mon enfant ») et universaliste (« on est tous des êtres humains »).

Enfants adopté.es élevé.es par des familles blanches.




 

 

Critères d'adoptabilité en fonction de l'origine, de la race, du genre, de l'âge, de la validité.
 

Les parents adoptants sont des bénéficiaires de ce système. Iels doivent prendre conscience de leurs rôles et agir en conséquence (s'éduquer sur le racisme systémique, comprendre l'adoption d'un point de vue décentré et systémique)

Acte d'amour inconditionnel


 

 

Amour sous conditions.
Exigence d'une loyauté, redevabilité intériorisée par les adopté.es.
Menace de double abandon ('rehoming' aux Etats-Unis)

Solutions possibles pour les couples hétérosexuels stériles, pour les couples homosexuelles ou en tant que femme pour ne pas « abîmer » son corps.

 

Exploitations des corps des femmes du Sud global, version acceptable de la gestation pour autrui.

 

Modèle de la famille nucléaire = 2 parents uniquement



 

 

- Parentalité multiple des adopté.es qui est niée
- Double filiation de fait (famille adoptive ET famille biologique)
- Mort sociale et oubli des familles biologiques

Narration centrée autour du « parcours du combattant » pour adopter.

Discours victimaires des parents adoptants notamment lorsqu'une affaire de trafic est révélée.

 

Invisibilisation des parcours et des quêtes identitaires des adopté.es (recherche des origines, de la famille biologique, connaissance des antécédents médicaux,etc.)

 

Adopté.e perçu.e uniquement comme un enfant

 

Adulte en devenir avec des problématiques propres

Pathologisation des discours dissonants tenus par des adopté.es adultes dits « en colère ».

Adopté.es parlé.es à la 3e personne par la bouche d'expert.es dans le domaine psycho-social.

 

Les adopté.es ont une voix propre à faire entendre au sujet de leurs expériences et des analyses à faire valoir. Iels ont acquis une expertise de terrain qui doit être entendue.

 

Adoption vue comme une chance avec son lot de privilèges.


 

 

Adoption analysée comme une séparation, une déportation (migration forcée).
Les adopté.es sont majoritairement des transfuges de classe ascendants.

Trafics d'enfants médiatisés comme des faits divers accidentels dont seulement quelques mauvaises personnes sont tenues pour responsables.

 

Système Nord-Sud asymétrique qui autorise voire encadre ces dérives.


 

Situations de suicides, de violences à l'égard des adopté.es vues comme des cas isolés et individuels.

 

 

Surexposition des adopté.es aux tentatives de suicide, aux violences sur enfants, aux comportements à risque (addiction notamment).
 

Convention de La Haye (1993) : architecture globale de l'adoption internationale pensée « dans l'intérêt supérieur de l'enfant » et «en dernier recours »

 

Marché extraverti centré sur un pseudo « droit » à l'enfant  demande ( familles en attente d'adoption) supérieure à l'offre (enfants adoptables)

Système reposant sur une « coopération internationale » (Convention de La Haye 1993)
 

 

Jeux et pressions diplomatiques de la part des pays récepteurs visant à maintenir le flux des adoptions internationales en leur faveur.
 

 

Publié dans adoption

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article